Relançons l’ascenseur social avec l'association NQT "Nos Quartiers ont du Talent"

Je suis fier de participer au programme de parrainage de l’association NQT : « Nos Quartiers ont du Talent »

Lancée en 2005, étendue à l’ensemble du territoire en 2009, cette initiative associative vient des entreprises adhérentes du MEDEF 93 Ouest, sous l'impulsion de son Président Yazid CHIR, alors Vice-président Prospective Cloud d'Orange Business Services et de Raynald RIMBAULT, alors Délégué Général.

Elle vise à accompagner dans leur recherche d'emploi les jeunes diplômés BAC+4 et plus, âgés de moins de 30 ans, issus prioritairement des quartiers prioritaires ou de milieux sociaux défavorisés.

NQT, c’est depuis 2006 :

- 27 570 jeunes intégrés

- 780 mécènes-partenaires

- 7 320 parrains et marraines

- 71% de jeunes recrutés à un poste pérenne à hauteur de leur qualification

Il y a quelques semaines, NQT présentait son Livre Blanc « Relançons l’ascenseur social » au Président de la République, fruit d’un travail de réflexion et de consultation durant toute l’année 2015.

L’association veut remettre la question de l’ascenseur social au cœur de ses préoccupations et du débat public.

Pour le relancer, NQT défend avec force ses propositions, articulées autour de 5 grands axes de travail :

Proposition N.1 : Développer et généraliser le parrainage.

Mieux accompagner les jeunes diplômés vers l’emploi en développant des dispositifs ciblés. Le parrainage des jeunes diplômés par des cadres expérimentés issus du secteur dans lequel ils souhaitent travailler à démontrer son efficacité.

Soutenir et généraliser ces dispositifs pour permettre à davantage de jeunes d’être accompagnés.

Plusieurs moyens sont à mobiliser pour cela :

-       Un engagement des entreprises qui ont mis en place des systèmes de parrainage pour valoriser cette pratique. Les grandes entreprises pourraient notamment informer leurs clients, leurs sous-traitants et leurs filiales sur ce que le parrainage apporte en terme de cohésion interne et d’impact sociétal.

-       Au sein des entreprises, une reconnaissance accrue des compétences apportées par le parrainage, lors des entretiens annuels par exemple.

-       Une aide financière pour les entreprises, notamment les PME et TPE, qui mettent en place le parrainage, pour leur permettre de développer plus facilement le suivi et la structure de ressources humaines qu’un tel système suppose.

Proposition N.2 : Mettre en relation les jeunes avec les organismes d’accompagnement vers l’emploi dès leur parcours universitaire.

Renforcer les organismes d’accompagnement des jeunes vers l’emploi, notamment en développant leurs partenariats avec les établissements scolaires et universitaires, pour que les jeunes soient mis en relation avec ces organismes au cours de leur formation.

Plus les jeunes seront orientés tôt vers ces dispositifs, plus ceux-ci pourront être efficaces : de nombreux jeunes n’en prennent connaissance qu’après une période de chômage relativement longue, qui peut déjà susciter un certain découragement et un éloignement du monde professionnel.

Proposition n°3 : Informer les jeunes sur les perspectives de recrutement des entreprises pour les aider à s’orienter.

Inciter les entreprises d’un même département à réaliser ensemble un document résumant leurs perspectives de recrutement à moyen terme (les types de métiers sur lesquels elles envisagent de recruter dans les prochaines années et les secteurs dans lesquelles elles souhaitent se développer).

Ces documents seraient mis à disposition des étudiants et des lycéens, pour qu’ils puissent en tenir compte dans leur choix d’orientation.

Proposition n°4 : Développer des partenariats université / entreprises pour adapter les cursus de formation aux besoins de compétences.

Encourager les partenariats entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises.

Mettre en place des contrats permettant aux entreprises d’annoncer leurs besoins de compétences pour les années à venir aux établissements, pour que ces derniers adaptent leur cursus de formation à ces besoins, et en tiennent compte dans l’orientation des étudiants.

Proposition n°5 : Valoriser davantage les parcours les plus professionalisants.

Deux leviers sont à mobiliser :

Dans l’orientation : mieux informer les jeunes sur certains parcours et métiers actuellement délaissés, mais qui offrent de réelles perspectives d’insertion : fonctions commerciales et managériales, filière industrielle de production d’énergies renouvelables…

Dans l’organisation des cursus : valoriser davantage certains parcours plus professionnalisants : apprentissage et contrats en alternance. Encourager le développement de parcours professionalisants en élargissant la pratique des stages obligatoires en entreprise au cours du parcours universitaire à davantage de cursus

 

Il n’y pas de fatalité au chômage des jeunes, mais c’est une extraordinaire injustice.

Former et insérer, c’est préparer notre société de demain.

Je vous encourage à lire le LIVRE BLANC 2015 de NQT (cliquez ici ).

Posted on November 28, 2015 .