La loi sur l'égalité femmes-hommes validée par le Conseil constitutionnel

« Le Conseil Constitutionnel a écarté le recours de sénateurs UMP contre la fin de la notion de détresse dans les articles touchant au recours à l'IVG.

Il a validé la loi «pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes», en écartant le recours contre un changement de définition de l’interruption volontaire de grossesse, pour lequel il avait été saisi par plus de soixante sénateurs UMP, hostiles à ce que l’IVG soit autorisée pour la femme «qui ne veut pas poursuivre une grossesse».

Cette formulation remplace celle de la loi Veil de janvier 1975 autorisant le recours à l’IVG pour la femme enceinte «que son état place dans une situation de détresse». 

La mesure-phare de la loi sur «l’égalité réelle entre les femmes et les hommes» vise à inciter les pères à prendre un congé parental. La loi complète en outre des textes existants sur l’égalité professionnelle, les violences faites aux femmes et la parité en politique.

Fait rare, ce texte, défendu par la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, a été approuvé à l’Assemblée nationale comme au Sénat par la gauche et la plupart des centristes, tandis que la majorité des élus UMP s’était abstenue. Aucun parlementaire n’avait voté contre. »

Le gouvernement peut être fier d’une loi qui fait progresser encore l’égalité.

Comme nous l’avons vu récemment, si la notion intellectuelle d’égalité est couramment acceptée, sa mise en œuvre pratique fait souvent descendre dans la rue des cohortes de conservateurs.

Ce combat continuera.

Posted on July 31, 2014 .