L'exil des talents: calembour ou intox?

Contexte : Selon un certain d’analystes, la situation politique et économique Française aurait conduit à une émigration massive des Français vers l’étranger.

 

A la lecture des quelques études sérieuses récentes sur ce sujet (les principales étant celles réalisées par la DFAE et la CCI de Paris en 2013, donc récentes), quelques données :

- 4.7m d’expatries du Royaume-Uni vs 1.9m pour la France

- Croissance régulière de la population des expatries Français de 3% à 4% par an depuis le début des années 2000

- 5 premiers pays d’accueil : Suisses, États-Unis, Royaume-Uni. Belgique, Allemagne. Cumul des 5 = 40% des Français de l’étranger

- Plus de 50% des Français de l’étranger résident en Europe

- La majorité des Français de l’étranger est en âge de travailler (60% ont entre 18 et 60 ans)

- L’opportunité professionnelle est de loin la raison majoritaire du départ vers l’étranger.

- Les Français de l’étranger disposent majoritairement de revenus plus élevés que la moyenne nationale (57% perçoivent plus de 30.000 Euros nets par an).

- L’accélération de l’expatriation des jeunes correspond à la combinaison d’une période prolongée de croissance continue et forte du chômage des jeunes sur le territoire national (+4% en particulier de 2008 à 2012) et de la mobilité accrue des jeunes, stimulée par les politiques nationales et Européennes.

- La baisse significative des avantages aux familles expatriées (souvent liée a la transformation du contrat de travail initial en contrat local par la même entreprise) ralentit cette mobilité, alors qu’elle impacte moins les jeunes qui ne sont pas concernés par les problématiques de scolarisation des enfants et sont prêts à faire des compromis sur le logement.

- Les conjoints travaillent de plus en plus souvent (2/3 en 2013).

- Les Français de l’étranger rentrent de moins en moins en France (46% ne rentrent qu’une fois par an pour un séjour de plus de 2 jours).

- Un horizon de retour imprécis mais qui n’implique pas un rejet de la France.

 

POINTS SAILLANTS :

1/ « si la tendance à l’expatriation des français s’accentue régulièrement depuis 15 ans, le phénomène est moins marqué que dans nos pays voisins. L’idée d’un mouvement massif de fuite des talents, spécifique à la France, ne semble donc pas correspondre à la réalité. »

2/ « il y a bien un changement majeur de comportements chez les jeunes générations, avec une nette accélération de leur mobilité, ce qui est une caractéristique marquante de ce début de XXIème siècle. On ne peut, pour l’instant, parler de développement de l’émigration permanente mais simplement une augmentation de la mobilité globale. »

3/ « la crise économique a transformé structurellement la population des expatriés français, qui sont devenus plus indépendants avec un moindre recours aux contrats d’expatriation et de détachement et un accroissement de l’entrepreneuriat. Si le niveau élevé du chômage en France est une cause majeure d’expatriation des jeunes, on peut s’attendre, en sens inverse, à ce qu’une reprise économique, ou au moins une amélioration de la situation économique favorise un mouvement de retour vers la France. »

4/ « il importe de souligner que plus de la moitié des mouvements « d’expatriation » se fait vers des pays européens.

Après cinquante ans de construction européenne, de mise en place d’une monnaie commune, d’appel à un approfondissement du marché intérieur, de politiques publiques encourageants les échanges universitaires, peut-on assimiler cette mobilité accrue au sein de l’espace européen à de l’« expatriation » ?

Ne faudrait-il pas plutôt s’en réjouir et y voir une forme d’émergence de citoyenneté européenne ? »

 

Quelques éléments et suggestions peuvent être soulignés :

a) « Les Français expatriés doivent être considérés comme un vivier de recrues potentielles parfaitement qualifiées et à même de faire carrière au sein des entreprises nationales. Pour cela, une meilleure connaissance et une approche systématique de cette population française à l’étranger par les pouvoirs publics est cruciale. »

b) « Un autre constat important souligné par l’étude est que la communication entre les pouvoirs publics et les Français de l’étranger est faible. Ils sont mal connus, et comme le souligne une étude de l’OCDE, les travailleurs migrants, notamment ceux qui disposent de compétences techniques à haute valeur ajoutée, n’ont en règle générale peu de moyens pour identifier les offres d’emploi dans leur pays d’origine. »

c) « Pour que ces français soient incités à revenir en France pour répondre aux besoins de compétences des entreprises nationales, il faudrait aussi revoir notre politique d’encouragement au retour. Cela passerait par des actions de facilitation du retour des travailleurs, tant au niveau administratif que fiscal. »

d) « Pour permettre à la population française à l’étranger de devenir un réel levier économique et une force qui maintiendrait la France au sommet de l’échiquier international, il conviendrait de réfléchir à ce que pourrait être une politique diasporique afin que les Français expatriés soient considérés comme des ambassadeurs de leur pays d’origine (et non comme les principaux procureurs de leur pays). »

 

Conclusion:

L'idée selon laquelle on assiste à un "exil des talents" relève donc au mieux de l'ignorance, au pire du calcul électoraliste de base. C'est le culte de la grande peur des honnêtes gens fuyant les hordes révolutionnaires, avides et sanglantes. Culte déjà pratiqué avant l'élection de François Mitterrand, culte à nouveau pratiqué sans scrupules depuis la dernière élection présidentielle.

Ce qui ne doit pas nous empêcher de mener une réflexion sans concession sur l'évolution de notre pays, et de son attractivité pour les générations futures.

 

Idées à creuser :

- Faciliter le recrutement des « expatries » par les entreprises Françaises / la connaissance par les expatries des offres d’emploi en France

- Encadrer mieux les détachements de salaries par les entreprises Françaises

- Simplifier les formalités de retour (guichet unique ?)

 

Sources :

- Etude « Les Français de l’etranger : L’expatriation des Français, quelle realite ? » CCI Paris Ile de France – mars 2014

- Enquete sur l’expatriation des Français – Direction des Français de l’etranger et de l’administration consulaire (DFAE) – Ministere des Affaires Etrangeres – Mai 2013

- Etude Mondissimo « Expatries, votre vie nous interesse » - Mars 2014

Posted on September 21, 2014 .